Posted on

Report ECHAP Festival -18 & 19 Août 2017- Locunolé (29)

Le weekend dernier, je me rendais dans le Finistère sud, dans les environs de Quimperlé pour découvrir l’Echap Festival.

Cinquième édition pour ce rendez-vous festif autour des Musiques Électroniques organisé par l’association Fourth River composé d’anciens enfants du pays  qui souhaitaient offrir cet événement à leur terre originelle. Cette année, l’équipe mettait les bouchées doubles puisque c’est sur un weekend que se déroulait les hostilités. Pour cela, il fallait bien des motivés supplémentaires et c’est l’association rennaise Midi Deux qui s’est associé à eux pour l’organisation et l’ouverture d’une deuxième scène.

D’Angers il m’a fallu 2 covoiturages auxquelles s’ajoute un gentil couple de paysan qui m’a permis d’accéder au parking en véhicule et de faire une jolie ballade alors que j’étais perdu sur une voie communale entre Plouay et Locunolé. Merci à eux de m’avoir économisé 2H30 de marche. Peu d’attente afin de prendre la navette au lieu dit « Le Grannec » pour arriver au site et au camping situé sur une prairie communale du village sur les bucoliques rives de l’Ellé. La taille du camping laisse présager de l’influence et de l’ambiance à venir sur ces 2 jours, une fête à taille humaine dans un coin de nature paisible.

Je me retrouve avec une belle team de nantais et me pose avec eux avant l’ouverture du site à 22h. Le froid saisissant me pousse à aller tester les galettes végé-marocaines de l’aimable Sébastien à l’intérieur. Je déguste celle-ci devant la petite scène Midi Deux où Gigsta enchaine des vocales afro-tribales et continuera avec une superbe et surprenante sélection space-weird-electro-break-deep….

Gigsta à ses oeuvres

Mais c’est surtout le live de Too Smooth Christ qui capte mon attention, une deep house analogique très influencé par Chicago, je pense rapidement à Larry Heard, Virgo Four ou Omar S. C’est à la fois mélodique, groovy et c’est sa première sortie avec ses machines, un artiste à suivre assurément. Un EP devrait arriver à la rentrée sur son propre label Supergenius Records.

S’ensuit un super set de Geena qui s’applique à mélanger deep house de Chicago avec des incartades italo-disco, électro et groove du monde ; un set à la fois éclectique et cohérent où je reconnais Cultral Vibe « Ma Foom Bey », Dj Sotofett « Nondo » où le « Ave Doudou » de Jean-Claude Naimo qui a littéralement  fait zouker le dancefloor.

https://www.youtube.com/watch?v=lSmC4kfGUfE

Le vétéran anglais Dmx Crew avec ses longs cheveux se lance ensuite dans un live revigorant, intense et maîtrise de frénésies electro et acid-house avec ses touches de loufoqueries; son prochain album, Strange Directions sort dans une semaine sur le label Hypercolour.

Début du live de DMX Crew (désolé le micro n’enregistre pas que le son, il attire aussi les humains)

La  tête d’affiche du week end, l’inventeur de la Ghetto-Tech, from Détroit, Mr.  Craig « DJ Assault » Adams se présente pour son mix. Il nous donnera un incroyable show à l’américaine, micro à la main pour motivés les troupes sur ses hits, très à l’aise techniquement, il offre au public un set fluide qui passe de la techno (« The Bell » de Jeff Mills) à des sonorités French Touch en déroulant ses productions salaces et sur-vitaminées qu’il ponctue par des scratchs bien sentis. Il s’octroie même un peu de beatboxing reprenant son « Ass and Tities » en voyant que Voiron met du temps à lancer son premier morceau. La techno breaké du dj/producteur aura un peu de mal à s’imposer après l’excellent booking du Michigan.

Je vais lui préférer la fin de la scène Midi Deux où Calcuta s’éclate avec un closing-set composé de lâchage d’anthem rave et club. Big Up au mec qui a slamé trois fois de suite.

https://www.mixcloud.com/calcutamusic/echap-festival-2017/

Parfait pour la fin d’un vendredi particulièrement bien ficelé en terme de line-up avec des prestations vraiment au top. Je vais me coucher rapidement car je suis frigorifié, la palme du taux d’humidité le plus élevé de l’été.

Samedi matin, le réveil combo de festival: tente, chaleur, toilettes. Je vais profiter du soleil et du décalage entre les « je me lève » et « je me suis pas couché ». C’est quand je me rends vers le tournoi de kayak-polo au moulin de Mohot que la beauté du site interpelle, l’ancienne bâtisse et la rivière qui le longe font comprendre pourquoi le lieu est classé zone Natura 2000. Un vrai tableau romantique où il fait bon se reposer.

Moulin de Mohot

Retour derrière le camping où un pratos est installé à côté d’une zone de baignade pour les plus téméraires. Le discret Philo débute avec une sélection disco bien sentie. Le public commence à s’amasser au soleil, à prendre une collation pour patienter sagement en attendant sa galette. Bravo à la crêpière et ses trois billigs, elle doit encore dormir vu la journée qu’elle s’est enquillé. Sur la scène pelouse c’est Das Kreuz qui nous régale avec un set varié et dansant, puis Nate & Jojo continue d’entretenir le sourire derrière les platines avec leurs trouvailles synth-pop barrées, electro punky, EBM rigolote. Enfin c’est à MMPP pour Musique Musique Plaisir Plaisir de conclure au soleil couchant avec un set de haute volée, qui fera même s’envoler la chemise pour certains car il termine avec le fameux morceau de Zebda.

Pendant le set de Das Kreuz

Le samedi soir commence avec deux heures d’attente pour s’infuser du froid ou autres substances apéritives avant l’ouverture du site.

C’est Palbomen II du label de Tim Sweeney, Beats In Space, qui illustre à sa manière le son du crew. Un live tout en finesse entre ambient, synth pop, acid et deep house. Comme la veille, cela commence bien sauf que derrière, Dj Normal 4 bourrine ou rumble ou peut être est-ce normal s’il joue fort. Il peine à trouver l’équilibre avec la façade. Finalement il propose un mix assez linéaire et quand Dj Sonikku (pour sa première française) poursuit, l’éventail stylistique est plus large mais ses choix un peu trop UK et grand public me font préférer la scène Midi Deux.

Palbomen II live

Je regrette d’avoir raté le live de Full Quantic Pass car tout le monde en parle en superlatifs, ça devait être super la teuf. Gigsta joue de nouveau ce soir avec une sélection raffinée dans un registre plus techno. Myako reprend les commandes avec plus d’assurance alignant plaques sur plaques pour un grand moment de techno ce qui me fait zapper The Pillowtings qui restait une des raisons de ma venue. Paroi termine jusqu’à 6h, bravo à lui, une belle aisance malgré la fatigue et l’écho de Pantero 666 qui à l’air de bien s’amuser dans un registre plus n’importe quoi, se lâchant sur l’euro dance, hardcore et autres boom boomerie.

Je file au dodo direct de retour au camping car le lendemain il me reste une mission chauffeur ou comment rentrer à Angers. Au réveil, le public s’échappe de notre enclos de verdure petit à petit, je dépense les derniers tickets boissons dans une pinte de thé et trouve ma conductrice peu de temps après. Merci Muriel pour le retour.

Globalement un super souvenir de ce weekend finistérien avec tout de même un samedi en dessous de la veille, mais rattrapé par un bel après-midi.

Merci aux organisateurs, aux artistes et aux amis croisés là bas, on se dit à l’année prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *