Vos témoignages

La première fois que j’ai écouté Radio Campus Angers c’est dans la voiture de ma fille, puis à chaque fois que nous faisions un petit voyage domestique nous notions l’heure de passage d’une chanson qui nous plaisait ou nous interrogeait afin de retrouver l’auteur en arrivant à la maison.

La musique on la subit souvent et spécialement pour moi qui voyage beaucoup, dans les stations services (Radio Vinci), dans le taxi, au petit déjeuner à l’hôtel, dans les rues d’Angers à Noël. Certes tous les goûts sont dans la nature mais il y en a un qui domine et empoisonne, des musiques au kilomètre derrière lesquelles il n’y a personne sinon les algorithmes du profit.

Et là on sent un vrai quelqu’un, une passion, une frénésie de curiosité, et si bien sûr ce goût n’est pas exactement le mien il a son humeur propre affranchie de l’hégémonie médiatique, des prescripteurs habituels de la consommation sonore.

C’est à Angers, des jeunes gens se donnent pour une marge, sans soutien, et pourtant c’est salutaire.
C’est salutaire pour une ville avant que la banalité ne l’écrase totalement.

Laissez un témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *