Publié le

13/ Sentiers urbains et 14/ Pas à pas

13/ Sentiers urbains

Dans les villes comme dans la nature, c’est par nos pieds que nous appréhendons l’espace dans lequel nous évoluons. Nous marchons sur une multitude de sols, rochers, feuilles, branches, mousses….

Mais qu’en est-il de l’espace urbain ?

Cette proposition de projet est issue de mon diplôme de Design (2019) de l’École des Beaux-Arts d’Angers. J’ai créé un sol pour ramener la nature dans la ville. Celui-ci, en relief, reprend les motifs d’un sol naturel (pierres, cailloux) mais en y introduisant des codes urbains (dalles de béton).

Ce sol nous ramène directement au paysage et modifie notre façon de voir l’espace urbain. Il induit une marche plus ou moins difficile, notre corps entre en jeu et joue, il témoigne d’un certain effort, comme lorsque nous randonnons sur des sentiers.

Ce projet peut prendre place aussi bien dans une rue, plate, sur une place, ou même dans un parc comme un petit sentier que l’on pourrait emprunter, comme une invitation à la lenteur, au jeu ou une simple expérience…

Le piéton, qu’il soit pressé, flâneur, âgé, jeune, actif, contemplateur, peut emprunter ce sentier ou tout simplement l’admirer et ainsi changer son regard sur sa ville. Une libre expérience pour tous où il n’y a pas de bonnes ou mauvaises manières d’y prendre part !

VOTEZ POUR CE PROJET ICI

14/ Pas à pas

Ce projet, issu de mon diplôme de Design de l’École des Beaux-Arts d’Angers (2019), est un pavement pensé comme un paysage qui est évolutif en fonction du temps. Le motif ondulé de chaque carreau, une fois assemblé, créé des creux et des reliefs qui :

• Par temps de pluie, invite le piéton à s’amuser, à traverser le sol mais toujours en prêtant attention à son chemin sur les parties non submergées, nous rappelant ainsi des « pas japonais ». Conçu pour être intégré à une place piétonne, il peut être aussi contourné par l’utilisateur, l’invitant à redécouvrir son espace urbain quotidien et (r)éveiller sa curiosité.

• Sans pluie, se transforment en un nouveau paysage. Le motif, en forme de vague, évoque toujours, malgré son absence, le mouvement et l’ondulation de l’eau.

Dans la nature, la pluie ruisselle dans les cours d’eau et les cascades mais en ville, elle doit vite disparaître dans les caniveaux. La pluie amène du mouvement, un rythme, des reflets, des odeurs, des sons et par ce sol, elle stimulera tous nos sens et ouvrira un autre regard sur notre ville !

L’espace urbain est un espace de création et d’imaginaire, alors investissons nos rues !

VOTEZ POUR CE PROJET ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.